Accordions Worldwide Celebrity Interview, Hubert Gall, accordionist for the "KA" show Cirque du Soleil Las Vegas
Celebrity Interviews


Celebrity Interview of Hubert Gall, accordionist for the "KA" show Cirque du Soleil Las Vegas.

After the last NAMM show in Los Angeles, Luigi Bruti, marketing director of Roland Europe met Hubert Gall, the accordion player working at Cirque du Soleil "KA" in Las Vegas.

A special cabinet colour version of V-Accordion FR-2 has been created for his stage performance at Cirque du Soleil and Luigi Bruti flew there for this premiere.

Holda Paoletti-Kampl, Accordions Worldwide Europe Manager, had an interview by phone with Hubert and Luigi during their stay in Las Vegas.

Le public ne voit pas les musiciens. Nous jouons dans un studio situé 2 étages plus bas et suivons le spectacle sur un écran vidéo. Je fais tout de même 2 apparitions sur scène à l.accordéon.

Q: Dans quelle région de France êtes-vous né?
A: Je suis né à Strasbourg, Alsace en Juillet 1957.

Q: A quel âge et pourquoi avez-vous commencé l. accordéon?
A: J.ai commencé à 9 ans. Mes parents adoraient en écouter et j.ai naturellement
été séduit par le son et les possibilités expressives de cet instrument.

Q: Qui a été votre professeur?
A: J.ai eu la chance d.avoir comme professeur Georges Bocchetti, un accordéoniste incroyable d.origine Italienne. Il jouait de l.accordéon comme personne à cette époque, un mélange de Art van Damm et de Richard Galliano avant l.heure. Il ne se consacrait plus qu. à l.enseignement et ne se produisait pas en public.

Je me souviens que pour certaines leçons il me disait : " Aujourd.hui c.est moi qui joue, toi tu écoutes..." Quelle expérience formidable. J.avais l.impression d.entendre un big band. J.ai ainsi pu développer mon oreille à une musique d.accordéon différente de tout ce qui se jouait en ce temps là.

Luigi Bruti & Hubert Gall at the Las Vegas Red Rock mountain

Q: Avez-vous participé à des concours?
A: J.ai remporté une coupe d.Europe à Bonn en Allemagne et deux fois le championnat
mondial de SPA en Belgique (1972 et 1973 ).

Q: A part l.accordéon, avez-vous eu une autre formation?
A: J.ai été élève au conservatoire national de Strasbourg. Comme l.accordéon n.y était
pas accepté, j.ai appris la contrebasse à cordes.

Q: Quelles ont été vos premières prestations en public?
A: A 11ans, mes parents et mon professeur m.emmenaient jouer quelques morceaux lors de fêtes et manifestations culturelles en Alsace. Puis dès l.âge de 16 ans j.ai commencé à intégrer des petits orchestres de danse.

Q: Quel genre de musique jouiez-vous à cette époque?
A: En fait les seuls genres de musique d.accordéon que le public écoutait en Alsace était le musette et le folklore allemand.Ces genres ne m.attiraient pas spécialement et l.auditoire n.était pas prêt à écouter un accordéon différent.

La majorité des courants musicaux de l.époque ( Jazz, Rock, Fusion,Pop, etc...) étaient plus portés à expérimenter les nouveaux instruments électroniques. La musique se tournait vers les nouveaux sons et s.éloignait de la tradition.

L.accordéon n.avait plus sa place dans l.actualité musicale.

Luigi Bruti & Hubert Gall at the Las Vegas desert

Q: Avez-vous continué à jouer?
A: Il faut se rappeler que pour la plupart des accordéonistes de ma génération, les années 70 et 80 ont été des années noires pour l.accordéon.

Pas accepté dans les conservatoires et salles de concerts, et rejeté par le reste. Si l.on ne jouait pas de musette en France il n.y avait pratiquement pas de débouché. Je me suis donc tourné vers les orgues éléctroniques et les claviers que j.ai appris en autodidacte.

C.est à cette époque que je me suis installé à Paris et que j.ai commencé une carrière d.agent commercial dans la distribution d.instruments de musique pour Yamaha, Technics et Akaï qui durera 15 ans.

Je jouais des claviers les fin de semaines dans des soirées privées et mariages. J.ai également été chanteur. Je ne jouais pratiquement plus d.accordéon.

Q: Quand êtes-vous devenu musicien professionnel?
A: Au milieu de la trentaine je me suis dit: " J.ai toujours voulu être musicien professionnel, c.est maintenant ou jamais ". J.ai lâché le commercial pour ne me consacrer qu.à la musique.

Q: Quelles étaient vos activités?
A: Durant plus de dix ans, j.ai joué des claviers en piano bar, quelques séances de studio, quelques télévisions comme accompagnateur, des croisières,de la musique de danse. J.ai aussi accompagné le chanteur Demis Roussos.

Je ne jouais de l.accordéon que très rarement. J.étais devenu un travailleur de la musique à la recherche de gigs.

Q: Comment êtes-vous arrivé à Las Vegas?
A: Ce fut ma rencontre avec une violoniste québecoise qui allait devenir ma femme. Elle travaillait depuis quelques années pour le spectacle Mystère du Cirque du Soleil à Las Vegas.

Pour être avec elle j.ai tout lâché en France et je suis parti avec une valise et, mon accordéon bien sûr.

Q: Vous êtes donc revenu à l.accordéon?
A: Je dirais plutôt que c.est l.accordéon qui est revenu à moi. A mon arrivée aux Etats-Unis je n.avais pas de permis de travail. Donc, tous les jours, à la maison je sortais mon accordéon pour pratiquer.

A ce moment s.est opéré une véritable révélation, un retour aux sources. C.est çà l.instrument que j.aime, je suis accordéoniste et çà ne changera plus. J.ai donc envoyé un cd de démo au Cirque du Soleil, ils m.ont invité à une audition.

A cette époque il y avait un nouveau spectacle du cirque en création à Las Vegas. C.est un spectale gigantesque dont la production coutera 200 millions de dollars. Le metteur en scène Robert Lepage qui a travaillé avec Peter Gabriel et Mark Fisher concepteur des spectacles des Rolling Stones et de U2 étaient entrain de créer un spectacle utilisant des technologies inédites en spectacle live: scène pivotante, effets spéciaux, effets vidéo, son en 5D, arts martiaux, etc...

C.est la version théâtrale d.un film fantastique. Le compositeur René Dupéré a écrit un genre de musique de film avec entre autre de l.accordéon. J.ai repassé une audition specifique pour ce spectacle et j.ai été engagé.

Hubert Gall & Cirque du Soleil band at back stage

Q: Dites-nous en un peu plus sur ce spectacle?
A: Le nom du spectacle est KÀ. Il se déroule au MGM Grand à Las Vegas, et nous jouons 2 fois par jour, 5 jours par semaine.

Le contrat avec le casino est de dix ans et celà fait déjà 4 ans que le show tourne. Pour faire fonctioner le spectacle il faut 75 artistes ( acrobates, acteurs,musiciens, etc..) et 150 techniciens.

Nous sommes huit musiciens : 2 claviers, basse, batterie, guitare,violoncelle, accordéon et une chanteuse. Les parties orchestrales symphoniques ont été enregistrées sur des disques durs informatiques.

Le public ne voit pas les musiciens. Nous jouons dans un studio situé 2 étages plus bas et suivons le spectacle sur un écran vidéo. Je fais tout de même 2 apparitions sur scène à l.accordéon.

Q: Quel type d.accordéon utilisez-vous?
A: Au départ j.ai utilisé un 4 voix accordé sans vibrations dans le studio et un petit 3 voix sur scène. Puis on m.a demandé de jouer certaines parties de clavier en plus.

J.ai décidé de les jouer en midi à partir de l.accordéon. J.ai donc cherché un instrument avec pleins de sons accoustiques, qui ne se désaccorde pas ( les conditions climatiques sont rudes dans le Névada et c.est aussi le désert au niveau des accordeurs !).

De plus il me fallait un controleur midi performant ainsi que des basses chromatiques pour jouer les parties de claviers. Mon intérêt c.est naturellement porté Interview Hubert Gall accordionist at the KÀ show Cirque du Soleil LAS VEGAS sur le V accordion FR 7 de Roland.

The band on stage

Q: Comment c.est passé la transition de l.accoustique vers le numérique ?
A: J.aimerais tout d.abord vous raconter une petite anecdocte. En fait je suis allé au NAMM show de Los Angeles pour essayer l.instrument, mais comme je n.avais pas de badge je n.ai pas pu rentrer.

A l.extérieur du batiment parmi foule, il m.a semblé reconnaître par hasard Luigi Bruti de Roland. Nous ne nous connaissions pas, mais j.avais vu ses démos du V accordion sur You Tube.

Je me suis présenté, il m.a fait rentrer, j.ai essayé le FR 7, en 5 minutes j.étais conquis. J.ai acheté l.instrument et après 3 mois d.adaptation et de programmation j.ai commencé à utilser le V accordion dans le show.

Je suis très satisfait du son et de la maniabilité de l.instrument.

Q: Avez-vous abandonné l.accoustique?
A: Non, je jouerai toujours également sur des instruments accoustiques. L.accoustique et le numérique sont complémentaires. Regardez ce qui se passe pour le piano.

Grâce au digital on a réutilisé le piano dans des lieux et performances où il avait disparu. Et que dire de tous les nouveaux élèves que le numérique a apporté grâce à son prix et sa facilité de transport et de maintenance. Il va se passer la même chose pour l.accordéon.

Grâce au numérique on verra de plus en plus d.accordéon dans de nouveaux contextes. Déjà on peut entendre de l.accordéon dans les shows de Madonna et Paul McCartney. En ce qui me concerne, pour le spectacle dans lequel je suis engagé, avec le FR 7 j.ai trouvé l.instrument idéal : les sons de divers types d.accordéons, pas d.accordage tous les trois mois, un controleur midi très performant, basses chromatiques, facilité de la prise de son sans micros.

Depuis peu j.utilise également un FR2 sur scène. Chez Roland ,il m.ont fabriqué un modèle de couleur or qui s.harmonise avec mon costume de scène. Je travaille également sur la possibilité de jouer à partir de la scène, sur l.accordéon, les modules de sons se trouvant 2 étages plus bas via midi HF.

Hubert Gall & Brian May from Queen

Q: Avez-vous d.autres projets musicaux?
A: Pour le moment je suis très heureux de pouvoir contribuer à la médiatisation de mon instrument. Je joue chaque soir devant 4 000 personnes qui ne sont pas spécialement venus écouter un récital d.accordéon.

Il faut que l.accordéon se mélange à d.autres instruments et à divers formes de spectacles. Je vais également communiquer à la firme Roland mon expérience sur le terrain avec le V accordion ainsi que des idées pour de futurs modèles.

Je souhaite aussi travailler à écrire ma propre musique, jouer avec plein d.autres musiciens et enregistrer un album.

Editor: You can read more about the manufacturing of the Roland accordions A Roland is Born in Italy
© 2017 Accordions Worldwide • All rights reserved. To comment on these pages, e-mail the webmaster.